Par-delà des frontières: La journée du 18 novembre (Pink Screens 2015)

Par-delà des frontières

La journée du 18 novembre
(Pink Screens 2015)

 The Night

Sans paroles, mais par l’entremise d’autres sensations audiovisuelles et synesthésiques, The Night, réalisé par Lior Shamriz (2014), présente deux êtres à la plage. L’un quitte le rivage, l’autre y reste. Chacun s’avance dans la nuit, métaphore de la part d’ombre de l’être. Quand l’autre s’épanche dans la luxure, l’un retourne au stade animal. Le court-métrage met la nuit en branle par-delà la parole.

Titre: The Night

Réalisation: Lior Shamriz

Interprétations: avec Lior Soroka, Tomer Gloskinus et Yiftah Erez

Genre: Fiction

Année, pays et durée: 2014, Allemagne-Israël et 7min

Queen Antigone

Le long-métrage établit un dispositif relativement expérimental quant au récit d’Antigone de Sophocle. Plus que d’adaptation, il procède davantage par références analogiques et épisodiques pour développer une forme méditative à propos de la situation grecque de ces dernières années. Le récit principal gravite autour de la condition précaire d’une famille dont le père est malade, le fils homosexuel insulté et la fille obligée de littéralement se crever pour maintenir financièrement l’équilibre. Un autre récit s’y greffe majoritairement par scansions du texte original antique et des intermèdes énigmatiques d’un groupe d’hommes en maillots de bain. Enfin, un dernier récit nous rapporte l’évolution de l’actualité grecque au travers des médias radio et télévisuel. Les trois formes s’interpénètrent: le personnage de la jeune femme se projette dans celui d’Antigone en lutte contre un état qui refuse de l’aider. Accompagnée de son frère, elle choisira l’exil du territoire, avant l’exode symbolique du vivant. Le film thématise une protagoniste en souffrance, progressivement accablée jusqu’à la mort, ainsi qu’un profond amour frère-soeur en analogie à celui d’Antigone pour son frère Polynice. La soeur se fait protectrice du frère en découverte du monde et de sa sexualité. Les thèmes de frontière, de fragilité et de la Grèce, comme guides de la sélection du festival, s’illustrent à nouveau dans cet opus foisonnant.

À cette expérimentation narrative se conjugue une esthétique audiovisuelle marquée par des cadrages fragmentaires aux angularités et variations de plans soulignées, des contrastes lumineux osant le contre-jour, et enfin un travail des tons chauds et froids. L’ensemble procède souvent par conflits et ruptures en analogie à la façon dont le récit adapte le parcours d’Antigone. En outre se déploient des influences « camp » via la mise en scène de soi et l’esthétisation des existences du frère et de sa soeur, ainsi que l’humour que véhiculent les scènes du groupe d’hommes en maillot de bain. L’identification genrée se médiatise par la performance et le travestissement, pensons aux différentes occurrences du frère portant les vêtements de sa soeur, à la soeur se maquillant en « homme, etc.

En dernier ressort, pareil ouvrage cinématographique s’achève sur un sentiment d’éternité. Le récit se fait fable voire mythe à mesure que les deux individus parcourent solitairement les paysages pour s’éloigner de l’actualité.

Titre: Queen Antigone

Réalisation: Télémachos Alexiou

Interprétations: Athena Mathiou, Kristof Lamp,  Giorgos Makris, etc.

Genre: Fiction

Année, pays et durée: 2014, Grèce et 91min

 

Made in Belgium: série de courts-métrages belges

La sélection de courts-métrages belges pour cette séance fut particulièrement diversifiée, en voici quelques-uns. Avec Jay parmi les hommes (2014), le réalisateur Zeno Graton développe un regard sur la masculinité par l’entremise d’une relation à rebonds entre un père et son fils en pleine traversée adolescente. L’esthétique prête particulièrement attention aux ambiances lumineuses, moins à la densité narrative.

Boy Division (2014) dirigé par Roxanne Gaucherand, dans le cadre institutionnel de l’INSAS, propose un questionnement audiovisuel sur les rapports d’identification féminin/masculin ainsi que la sexualité en découlant. Le personnage « féminin » se fait sanctionner pour son comportement social et vestimentaire « masculin » en rupture. L’échappée normative se configure par la figure du double, le personnage se faisant garçon l’espace de quelques images.

L’ours noir de Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron (2014) surprend par son traitement humoristique et gore de la rencontre de l’ours noir par un groupe de campeurs. S’il a le mérite d’y insérer un couple homosexuel multiculturel, le court-métrage s’épand à trop forte raison dans le gag.

Les deux courts-métrages suivants font, pour nous, figure de coups de coeur. Avec Libre maintenant (2014), Pierre Liebaert investit une esthétique du désir et de la luxure dans son style photographique vif et documentaire. Les instants secrets se capturent dans des tonalités ardentes pendant que se déroulent les divers parcours de personnages planqués. Le placard s’étudie alors en hors-champ ou par des accessoires, majoritairement le masque comme accent schizophrène. Le documentaire rebondit entre les différents plans de récit, ponctués par des compositions irrésistiblement entraînantes vers la face cachée de l’homme. Le Sommeil des Amazones de Bérangère McNeese (2014) drape subtilement l’arrivée de Camille dans la troupe des filles. Les plis de l’avancée narrative ne font que peu sentir la nécessité d’un personnage masculin, voire de l’identification sexuelle. Quoique dans une grammaire de plans relativement conventionnelle, le récit brille par sa représentation généreuse de l’amitié.

Titre: Jay parmi les hommes

Réalisation: Zeno Graton

Interprétations: Anton Leurquin, Arieh Worthalter et Judith Williquet

Genre: Fiction

Année, pays et durée: 2014, Belgique et 27min

———————————

Titre: Boy Division

Réalisation: Roxanne Gaucherand

Genre: Fiction

Année, pays et durée: 2014, Belgique et 8min

———————————

Titre: L’Ours noir

Réalisation: Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron

Interprétations: Catherine Salée, Jean-Benoît Ugeux, Terence Rion, François Neyken, François Ébouelé, Delphine Théodore et Philippe Grand’Henry

Genre: Fiction

Année, pays et durée: 2014, Belgique et 15min

———————————

Titre: Libre maintenant

Réalisation: Pierre Liebaert

Genres: Fiction/Documentaire

Année, pays et durée: 2014, Belgique et 11min

———————————

Titre: Le sommeil des amazones

Réalisation: Bérangère McNeese

Interprétations: Sophie Breyer, Lou Bohringer, Stéphane Caillard, Judith Williquet et Olivia Smets

Genre: Fiction

Année, pays et durée: 2014, Belgique et 26min

Thibault Galland