destroyer

« D pour Destroyer »

Après Girlfight et Jennifer’s Body, Karyn Kusama revient en force avec un nouveau long-métrage castant nulle autre que Nicole Kidman, méconnaissable ! Sortant un peu des sentiers battus, Destroyer est un film noir ne répondant pas aux codes du genre et cela s’avère surprenant !

“No idea, no ID”

La détective Erin Bell (Nicole Kidman) est physiquement et mentalement détruite. Lorsque la police découvre le cadavre d’un homme inconnu, elle avance qu’elle connaît le meurtrier. Cette présomption amènera Erin Bell à s’engager à corps perdu dans cette investigation qui prendra une tournure de vengeance personnelle…

The Long Kiss Goodnight (Au revoir à jamais) rationnel…

Ce qui est à retenir de Destroyer concerne majoritairement le scénario et les performances d’acteurs. Le film de Kusama est globalement bon avec un cadre permettant au public de se sentir comme Erin Bell, mais il manque quelque chose pour convaincre entièrement le spectateur. Les flash-backs ne sont pas dérangeants et permettent à Nicole Kidman de reprendre du sex-appeal, pour notre plus grand plaisir. Cependant, il est dommage que certains effets aient été insérés de manière superficielle. Par exemple, lorsqu’Erin porte sa petite fille sur le dos ou lors de courses-poursuites, l’équipe du film montre excessivement l’effort qu’elle effectue.

Chaque question trouve une réponse…

Malgré toutes les informations parsemées tout au long du film, le scénario tient la route et guide le spectateur là où il veut l’emmener, c’est-à-dire dans les tréfonds de la mémoire d’Erin Bell, imprévisible. Le spectateur ne se doute de rien et suit aveuglément ce personnage antipathique. Il est intéressant de voir le parti pris de Kusama qui a choisi de mettre en avant un personnage tel que celui joué par Nicole Kidman.

Meilleure actrice dans un drame !

« Ce personnage est très éloigné de ce que je suis, c’était donc très attrayant d’explorer des territoires où je ne suis jamais allée. Je cherche toujours des personnages et des histoires qui sont émotionnellement pertinents »[1] disait Nicole Kidman pour Entertainment Weekly.

Nicole Kidman n’arrête pas de nous surprendre. D’ailleurs, elle a été nominée en tant que meilleure actrice dans un drame au 76e Golden Globe Awards. Qu’est-ce qui diffère donc de ses autres performances ? La manière dont Kidman parle et marche ne lui ressemble pas. Elle se perd entièrement dans ce personnage misérable dont l’âme est morte, mais dont le corps reste en vie. C’est une femme hantée par son passé qui cherche à éradiquer les fantômes qui ont fait de sa vie un cauchemar.

Sebastian Stan (Chris) apporte aussi un solide soutien en tant qu’ancien partenaire d’Erin Bell. Il amène un côté presque humain à la protagoniste et permet au public d’avoir de l’empathie pour elle, de la comprendre voire de l’encourager dans sa quête.

Le vieillissement par le maquillage est fabuleux. Il montre de manière convaincante la dégradation temporelle des personnages.

destroyer2

Encore un film de femme forte !

Le film mérite d’être revu, notamment pour mieux comprendre le déroulement de l’histoire en en connaissant la fin. Il est globalement bon avec une Nicole Kidman sortant de tout confort. Cependant, ce long-métrage, rempli de colère, manque de subtilité à certains moments, ce qui rend difficile l’immersion dans le récit. Le spectateur en profite lors du visionnement, mais une fois sorti de la salle, il y a un risque qu’il ne soit pas totalement satisfait.

 

Petit aperçu du nouveau film de Karyn Kusama :

 Bande-annonce en version originale : https://www.youtube.com/watch?v=9g-j4wuEOPo 

 LAURE DEGOSSELY

Suivez le Kinovore sur : Facebook – Twitter – Instagram

[1] Devan Coggan, « Nicole Kidman on playing a Pacino-esque detective in Destroyer » [archive], sur Entertainment Weekly, 10 septembre 2018 (consulté le 20 février 2019).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *