msssss

Midnight Sun

Midnight Sun, réalisé par Scott Speer, raconte l’histoire de Katie et de sa vie d’adolescente, plus mouvementée et originale, mais surtout plus restreinte que celle de ses amis. Katie ne peut pas s’exposer à la lumière du soleil sans conséquences fatales. Xeroderma Pigmentosum, appelée XP, est une maladie individuelle et orpheline, qui oblige les personnes atteintes à ne sortir qu’une fois la journée finie. Katie habite seule avec son père, et depuis l’enfance, son amie Morgan, est la seule à connaître réellement Katie, et sa condition particulière.

Impossible donc pour Katie de sortir en journée ou de suivre une scolarité normale, dans une école, entourée d’autres jeunes. Une solitude particulière entoure le personnage, qui utilise la musique pour nourrir l’espace dans lequel elle est conditionnée, enfermée. Cette solitude s’exprime également à travers un manque de confiance en soi un peu plus difficile à cacher; et permet au personnage de Katie de jouer de la musique, le soir, mais sans trop prendre de risques; au milieu d’une gare, presque vide, mais dehors, quand même.

C’est dans cette même gare que l’histoire prend une tournure un peu différente, et amène le genre du film, qui tourne alors autour d’une histoire d’amour, celle de Katie et de Charlie. Le ton du film est léger, même si la maladie est abordée d’une manière concrète et directe. Katie ne parle pas de sa condition, ce qui conditionne et donne un certain rythme au film; celui des soirées, des sorties nocturnes et des journées passées à raconter à Morgan toutes les nouvelles choses qui arrivent. Le film n’aborde jamais la maladie d’une manière totalement dramatique, et reste très accessible à un jeune public.

Une sensibilité particulière est mise en avant, notamment à travers la relation père/fille, qui, d’une certaine manière montre l’inquiétude, mais aussi l’envie de liberté, de simplicité.

yu

Le film parle néanmoins d’une tragédie quotidienne, qui fait comprendre au spectateur que même sur fond d’histoire d’amour, de dialogues et de rencontres un peu clichés, un minuscule instant suffit pour que la comédie et le romantisme se transforment en drame. Le film, néanmoins, finit sur une volonté optimiste, avec un message touchant d’amour et de vie.

 

Vita Vezgishi

Suivez le Kinovore sur : Facebook – Twitter – Instagram