Haunting

The Haunting of Hill House – La série encensée par la critique

Mon copain m’a harcelée pendant deux semaines pour qu’on regarde The Haunting of Hill House. Il me l’a vendue comme étant “une série d’horreur mais qui ne fait pas peur”. Personnellement, je ne suis pas du tout amatrice de films ou de série d’horreur. Oui, on peut le dire, je suis une chochotte, je crains les esprits, les prêtres exorcistes et les courses contre la mort. Ce qui m’a fait changer d’avis, c’est un tweet.

Oui oui, un tweet.

tweet

https://twitter.com/stephenking/status/1052375524192980993

Le tweet de Stephen King, le maître de l’horreur en personne, encensant cette série qu’il qualifie presque d’un “travail de génie”. J’ai donc commencé cette série avec une appréhension… et j’ai fini par la binge-watcher en quelques jours seulement.

Hugh et Olivia Crain sont investisseurs ; ils achètent de vieilles maisons, les rénovent puis les revendent. Toute la famille est donc habituée aux nombreux déménagements et est très heureuse d’emménager, à l’été 1992, dans un manoir appelé Hill House. Ils ne connaissent pas la réputation de la maison et n’ont pas idée de ce qui les attend. C’est donc heureux que le couple emménage dans la maison avec ses cinq enfants : Steve, Shirley, Theodora et les jumeaux, Luke et Eleanor (Nell). Progressivement, la qualité de vie se dégrade à Hill House et de nombreux phénomènes étranges se manifestent, jusqu’à faire fuir la famille, 2 mois plus tard. C’est en 2018 qu’on retrouve la famille éclatée par des conflits tus pendant trop longtemps. La fratrie et leur père se retrouvent réunis suite à une nouvelle tragédie qui les oblige à renouer des liens familiaux disparus et, surtout, à renouer avec un passé que tous ont essayé d’oublier. C’est avec des incessants allers-retours entre passé et présent que l’on découvre lentement ce qui s’est passé dans la maison en 1992.

Haunting 2

Il faut savoir que la série est un fantastique sac de noeuds jusqu’au dernier épisode. Tous les personnages sont des énigmes et on se prend rapidement au jeu de mener notre propre enquête avec les indices qui nous sont donnés. On élabore nos propres hypothèses sur l’un et l’autre, on fait des théories et on est toujours étonnés de la tournure que prennent les évènements. Avec au total, sept personnages principaux, la série offre une grande gamme de personnages à qui on peut facilement s’identifier. Chacun ayant sa propre identité et sa propre évolution tout au long de la série. Certains personnages évoluent, forcément, plus vite que d’autres, qui ont tendance à tourner en rond et à rester dans leur schéma habituel. Cela peut rendre certains personnages parfois agaçants mais cela rend cette série encore plus réaliste et accessible. On s’attache quand même très vite à un ou plusieurs personnages.

 Ce que j’ai le plus aimé lors du visionnage de la série est que je ne me sentais pas passive, mais active, comme si je me trouvais aux côtés des personnages et que je devais les aider à résoudre leurs mystères. Elle est très immersive et c’est l’une de ses grandes qualités. L’univers de la série nous aspire malgré nous et on se retrouve à crier sur notre écran comme si les personnages pouvaient nous entendre.

Pour ce qui est de mon appréhension initiale, elle s’est vite évaporée. Oui, le spectateur est sous pression quasi-constante, stressé, intrigué ou même confus, oui, il y a des scènes un peu effrayantes mais globalement, notre envie de savoir la suite et de suivre les aventures de cette famille passe facilement au-dessus de tout cela. Stephen King n’est pas le seul à avoir apprécié The Haunting of Hill House. Il suffit d’en regarder les critiques et les avis des spectateurs pour se rendre compte que la série est un vrai succès.

La série est en fait une adaptation du roman éponyme de Shirley Jackson, sorti en 1959. La série, elle, est produite par Netflix et réalisée par Mike Flanagan. Ce réalisateur est déjà emblématique dans le genre horreur puisqu’il a réalisé Hush, Ne t’endors pas ou encore Ouija. La série se déroule (pour l’instant) en une saison de dix épisodes qui font entre 40 minutes et 1 heure. C’est à l’origine une série en une saison, c’est-à-dire que vous verrez la totalité de l’histoire et son dénouement à la fin de la saison 1. Mais si vous êtes déjà accro, ne vous inquiétez pas, les acteurs et le réalisateur ont déjà évoqué la possibilité d’une saison 2. On a en effet entendu plusieurs théories à ce sujet : une saison 2 sur la famille Crain, une saison sur la maison ou sur une autre famille qui y a vécu. Il va falloir être patients pour connaître la décision finale de Netflix !

Laurie Van Herrewege

Suivez le Kinovore sur : Facebook – Twitter – Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *