star-80

Stars 80 : la Suite de Thomas Langmann – Rires et Chansons pour le plaisir de tous !

Quoi de mieux, pour passer une bonne soirée, que d’écouter la variété française des années 80 – totalement intemporelle – dans une comédie française pleine de dérision ?

Je parle bien de Stars 80, La suite, de Thomas Langmann, qui succède au premier Stars 80, véritable succès à l’époque de sa sortie.

Le défi ? Rédiger une critique en cinq points. Après une période de blocus épuisante pour tous (étudiants, professeurs et parents), pas besoin de négativité ! Il s’agira de cinq points positifs autour des moments où tout le monde trouve à y rire. Il y a sûrement des défauts au film, la perfection n’existe pas ! Cependant, l’important est qu’il s’agit d’un vrai divertissement sans prise de tête, qui désire provoquer le rire chez son public ! (Et ça marche !)

5a09821fcd70fa5a0636f941

Avant de commencer, un petit aparté : j’étais présente lors de l’avant-première de Stars 80, La suite, et ce fut une expérience inoubliable ! Je remercie les stars d’avoir fait le déplacement et d’avoir été si sympas !

Bref, passons à cette critique…

stars-80-la-suite_1204659

Le premier point à aborder concerne deux acteurs : Patrick Timsit et Richard Anconina. Timsit, c’est le rôle du boulet, drôle et attachant, qui fonctionne à tous les coups. Déjà dans le premier opus, Antoine, son personnage manquait de faire foirer la tournée. Ici, bien qu’il ne soit pas responsable de la situation de base, il ne fait rien pour l’arranger, au contraire, il empire les choses. Malgré tout, on ne peut s’empêcher de s’attacher à Antoine, qui essaye de créer une vraie connexion avec son fils, et qui, de par ses erreurs, est très drôle. C’est un peu le looser dont on ne peut se séparer parce qu’il nous manquerait trop – N/A (rires) : pensez à Sid dans L’âge de glace.

Vincent (Richard Anconina), lui, par son côté sérieux n’en est que plus hilarant quand il se lâche et se met à imiter Gilbert Montagné – il le fait tellement bien. Toujours là, à réfléchir, à chercher des solutions, à tenter de faire des économies, Vincent s’agace du comportement d’Antoine, mais il se laisse toujours entraîner dans ses magouilles. Cependant, quand il se laisse aller, qu’il passe du temps avec les stars et se met à chanter, à danser et à rire, Vincent est toujours amusant.

Le spectateur ne peut qu’aimer ce duo tellement équilibré et qui se complète à la perfection.

800000640001_5596597973001_5596571458001-vs

Le deuxième point positif, qui amène une fougue incroyable au film, c’est bien sûr le caribou préféré des français : Jean-Marc Généreux. Tous ceux qui regardent Danse avec les Stars connaissent son tempérament bouillonnant, surexcité et incontrôlable. Ses rimes sorties de son chapeau tel un lapin blanc de celui du magicien, ses métaphores que personnes n’aurait pu trouver, Jean-Marc Généreux est un phénomène. S’il n’avait pas existé, quelqu’un aurait dû l’inventer. Au naturel, ce danseur aux guiboles plus rapide que Lucky Luke et son revolver, nous fait toujours rire aux éclats et nous émeut aux larmes. Dans ce film, il joue son propre rôle… rire assuré pour le spectateur, sans l’ombre d’un doute. En tant que prof de danse « tortionnaire » envers les stars, agaçant et ridicule à souhait, Généreux nous prouve qu’il a la capacité de jouer dans un film ! La question maintenant c’est : quand reviendrez-vous à l’écran Jean-Marc ?

stars-80-affiche-503b332e90b52

Une autre personne indispensable à l’humour de Stars 80, La Suite n’est autre que celui qui nous chante les « Sunlights des tropiques » : Gilbert Montagné. Bien sûr que les différentes célébrités qui participent à ce film amènent toutes une touche d’humour propre à chacune d’entre elles, on ne sait malheureusement pas s’attarder sur tout le monde. Il fallait faire des choix.

Déjà dans le premier opus de Stars 80, le petit rôle qu’il joue est rempli d’autodérision. Alors dans cette suite où il tient un rôle central, son autodérision amuse au plus haut point. Il joue de sa cécité tout au long du film. Seul lui pouvait nous faire rire en utilisant son handicap de telle manière. Avec une autre personne, peut-être ne serait-ce pas passé aussi bien. Léger, tendre et sympathique, Gilbert Montagné ne peut que vous faire sourire dans chacune de ses scènes… Alléluia !

20223492.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Parlons d’une autre personnalité qui a beaucoup fait parler d’elle étant donné le faux pas de Thomas Langmann : Jean-Luc Lahaye. Pour ceux qui ne seraient pas au courant, en voici un petit résumé. Dans une vidéo promotionnelle, quelques mois avant la sortie prévue du film, nous voyons Anconina et Lahaye discuter de la nouvelle « petite-amie » de Lahaye, celui-ci expliquant qu’elle est encore au lycée à cette heure. Comme vous pouvez vous en douter, cette scène a provoqué pas mal de réactions chez les spectateurs, outrés de voir que Langmann tournait en dérision les accusations qui avaient mené à un an de prison avec sursis pour le chanteur. Le réalisateur a présenté ses excuses et retiré la scène du film, mais le mal était fait. Cependant, on oublie cette histoire dans le film. Jean-Luc Lahaye est une personnalité qui n’a pas peur de jouer sur les rumeurs qui l’entourent, sur sa personnalité soit-disant arrogante et égocentrique, pour le plaisir du spectateur. Il est intéressant de savoir qu’en réalité, malgré son attirance pour des jeunes femmes, Jean-Luc Lahaye ne boit pas, fait très attention à sa santé, fait beaucoup de sport et est très mal à l’aise de jouer des scènes où il doit rabaisser un collègue (comme dans Stars 80 lorsqu’il s’en prend à Desireless). Dans ce film, on le retrouve toujours un peu macho, le beau gosse du casting jouant des stéréotypes pour amuser le public.

20223540

Enfin, une autre star qui se joue des stéréotypes et des clichés à son propos dans ce film, notre cinquième point positif de cette critique, je vous le donne en mille : Sabrina en nonne !

Eh oui, la chanteuse en bikini dans le célèbre clip de « Boys, Boys, Boys », qui a fait baver tant de garçons (et filles) est devenue nonne dans ce film. Ce qui a donné naissance à une scène absolument hilarante avec Anconina, Timsit, Montagné et une bande de bonnes sœurs (vous imaginez la scène ?).

Connue pour être la bombe sexuelle du casting, ayant gardé toute sa beauté, Sabrina est mise en scène dans un rôle à l’opposé de là où on l’attend. Ça donne un punch incroyable au film car le public est pris au dépourvu face à l’idée que Sabrina soit nonne. Pourtant, elle-même explique que ce rôle correspond beaucoup plus à sa manière de vivre qu’aux idées que les gens peuvent avoir d’elle. Dans la vie de tous les jours, Sabrina Salerno est une femme d’affaire gérant son hôtel avec beaucoup de poigne.

Au final, je conseille vivement ce film pour passer une très bonne soirée et réécouter les « classiques » français, avec sa surprise finale assez émouvante ! Besoin de vous poser, de rire, de vous détendre ? Ce film est fait pour vous ! Il réunit toutes les générations et c’est une force en soi pour un film de nos jours !

                                                                                                    Harmonie Maquinay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *