21017012_20130702130812363.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Omar

>> Campus du Solbosch ULB / Bât. A / Salle AZ1.101
>> 18h30 / Gratuit !
>> Jeudi, 17/11/2016

Omar de Hany Abu-Assad (2013)

Il est peu de films traitant de sujets politiques qui, enclin à un cinéma du réel laissant peu de place au romanesque à l’intrigue et au divertissement, ne sous-estime jamais le caractère populaire et divertissant du médium cinématographique. Omar, de Hany Abu-Assad est un de ceux-là. Omar, jeune palestinien est amoureux de Nadia, la sœur de son ami d’enfance Tarek. Avec un autre de leur camarade Namjad, ils tuent un soldat Israélien. Le trio est dénoncé, Omar est arrêté. S’ensuit une escalade de manipulations, mensonges et trahisons qui mèneront les trois amis au bout de leur amitié et de leurs idéaux.

Omar est comparable aux Infiltrés de martin Scorcese. Suivant les pas d’un jeune pris au piège de ses actions, Hany Abu-Assad tisse une histoire complexe où tout se mêle et s’influence : les actions, les sentiments, les croyances, les épreuves et les destins. L’intrigue est menée par la force et le pouvoir narratif de ses personnages. Perdant légèrement son spectateur au début, le laissant flotter dans l’indécision quant au genre et au sujet du film sur lequel il pose ses yeux, Omar a cette capacité à surprendre tout au long de son déroulement.

S’il apparaît à première vu conter la douce et romantique ‘love story’ d’Omar et Nadia sur fond plastique de conflit Israélo-palestinien, le long métrage se déguise ensuite en film d’action policier, se révélant finalement être une sublime tragédie !

Omar est un grand film, une tragédie Racinienne qui prend en charge des thèmes aussi lourd et centraux que l’amour, l’amitié, la guerre, l’amitié, la trahison, la vengeance… Laissant à son spectateur le souvenir de personnages portés par le souffle romanesque d’un destin, le film laisse un souvenir d’autant plus marquant qu’on ne l’attendait pas au détour d’un genre dont on pensait connaître les limites. Et pour cela, Omar est un film dont l’intelligence est proportionnelle au talent !

Mathilde Belin