14203398_1092727494146007_5367674662923928811_n

Kingsman : Services Secrets

>> Campus du Solbosch ULB / Bât. A / Salle AZ1.101
>> 18h30 / Gratuit !
>> Jeudi, 22/09/2016

En partenariat avec CINEMATEK, deux places 
sont à gagner pour un film de votre choix 
du cycle "Stars, Stripes and Politics". 

>> Pour participer au concours répondez à 
   ce formulaire.

Kingsman : Services Secrets de Matthew Vaughn (2015)

IT´S ONLY ROCK AND ROLL BUT I LIKE IT

De la punchline cool, juste ce qu’il faut de fun, d’action et de suspense, avec une pointe de flegme britannique: Kingsman, c’est peut être le défouloire jubilatoire que le papa de James Bond, Ian Flemming, n’a jamais écrit. L’histoire d’un jeune londonien des quartiers populaire, fils d’espion prématurément disparu, dont la perspective d’avenir ne lui présageait pas un futur radieu mais que le destin va choisir pour devenir l’élites des services secrets britanniques : les Kingsman. Malgré les obstacles, le danger, les institutions, LE MONDE,  Il va bouleverser l’ordre en place et devenir le gardien de la couronne, afin de sauvegarder l’humanité et des petits bulldogs trop mignons.

Le film reprend les intrigues [ over the top ] des classiques d’espionnage, mais impose un univers différent et décalé. Vaughn est parvenu à réaliser un délire personnel avec un feeling et une énergie réellement communicative, sans pour autant oublier d’y ajouter une pointe de suspense. Il nous amène avec une facilité insolente et allègrement vers le rire, ou encore la tension… C’est avec un réel plaisir que l’on plonge dans l’histoire, que l’on suit le jeune Eggsy passer d’adolescent rebelle à adulte accompli à travers cette fresque originale et subversive d’espionnage et de complot mondial. On sent un mélange, un choc des cultures et des influence… Mais la mayonnaise prend. Et c’est avec une grande surprise que tout ces références hétérogènes se lient et coule comme de l’huile. Un délire personnel qui prend forme sous les traits d’un film de qualité, aboutit, cohérent, mais surtout fun et communicatif.

Sans prétention, il pousse ses idées et son humour jusqu’au bout. On sent l’envie et le plaisir transparaître du film. On plonge dedans tête baissée au premier visionnage et on se dit très vite qu’un second ne pourrait pas faire de mal… Comme on dit :“Quand c’est bon, on ne compte pas… Et quand ça déboite, on y retourne”.

Ruben Mariage